dURALINOX

DALLE La part-dieu, Lyon

parvis de la tour Lcl

1978

En 1978, André Mure, adjoint aux affaires culturelles de la Ville de Lyon, monte une exposition-symposium intitulée Sculpture à la Part-Dieu dans le nouveau quartier d'affaires de la Part-Dieu dont la tour du Crédit Lyonnais, œuvre du cabinet américain Cossutta & Associates devient le symbole.

L’exposition réunit vingt sept sculpteurs et une quarantaine d’œuvres. Ces derniers sont régionaux comme Costa Coulentianos, Maxime Descombin, Christiane Guillaubey, Alain Lovato, ou Comby, mais aussi internationaux tel que Calder, César, Max Ernst ou Miro. L’objectif de cet évènement est de montrer « quelques unes des grandes réalisations de l’art contemporain »

Onze de ces sculptures, dont celle de Comby sont ensuite achetées par la ville pour rester définitivement sur la dalle de la Part Dieu.

Les œuvres servent à rythmer l'architecture nouvelle du quartier, comme un transition entre l’homme et les buildings.

La sculpture « Croncelhorbe » de Comby, en aluminium (3.3 m x 3m x 1.6m) usinée sur machines-outils,  constitue un hommage au savoir faire industriel local, ainsi qu'à Wentzel Jamnitzer et son ouvrage « Perspectiva corporum regularium » qui a influencé les dix années de son expérimentation d'usinage du duralinox.

"La rigueur des figures, la simplicité toute apparente de la construction symétrique (en réalité, une complexe armature internée soutient l’ensemble), la précision des ajustages tendent vers un certain absolu. »